Au Salon en compagnie d'Anne-Isabelle Le Touzé

Publié le par La Librairie des Enfants

Ce jour-là, le roi-lapin vit un lapin blanc qui avait deux oreilles, qui mangeait de l’herbe et qui n’avait pas de couronne. «Le roi, c’est celui qui commande !» dit le lapin blanc. «D’accord ! Je te commande de n’avoir qu’une seule oreille et de manger du chocolat», répondit le roi-lapin. Les deux lapins gambadèrent et pirouettèrent jusqu’au soir.

Ce jour-là, le roi-lapin vit un lapin blanc qui avait deux oreilles, qui mangeait de l’herbe et qui n’avait pas de couronne. «Le roi, c’est celui qui commande !» dit le lapin blanc. «D’accord ! Je te commande de n’avoir qu’une seule oreille et de manger du chocolat», répondit le roi-lapin. Les deux lapins gambadèrent et pirouettèrent jusqu’au soir.

Primula s’est levée très tôt ce matin. Elle a cueilli des fleurs de toutes les couleurs dans le jardin. À qui va-t-elle offrir son joli bouquet ? À Papa ou Maman, à Romy la poule ? Il n’y a qu’elle qui le sait !

Primula s’est levée très tôt ce matin. Elle a cueilli des fleurs de toutes les couleurs dans le jardin. À qui va-t-elle offrir son joli bouquet ? À Papa ou Maman, à Romy la poule ? Il n’y a qu’elle qui le sait !

Quand les enfants ont quitté l’école, la nuit, la maîtresse se repose. Elle dort sous son bureau, comme toutes les maîtresses. Sauf celles qui dorment dans les placards à fournitures. Vers minuit, la maîtresse se réveille. Elle se faufile hors de la classe… et rejoint ses copains, les maîtres et les maîtresses. Et vive la fête !  Texte de Carole Fives, illustrations d'Anne-Isabelle Le Touzé

Quand les enfants ont quitté l’école, la nuit, la maîtresse se repose. Elle dort sous son bureau, comme toutes les maîtresses. Sauf celles qui dorment dans les placards à fournitures. Vers minuit, la maîtresse se réveille. Elle se faufile hors de la classe… et rejoint ses copains, les maîtres et les maîtresses. Et vive la fête ! Texte de Carole Fives, illustrations d'Anne-Isabelle Le Touzé

Matthew est en train de pêcher sur son îlot de glace lorsqu'il aperçoit une grosse bouteille qui flotte vers lui. Il la récupère et fait sauter le bouchon. Un objet bizarre tombe de la bouteille. L'objet se met à sonner. Matthew appuie sur le bouton qui clignote : « Allo, dit une voix, est-ce qu'il fait beau là où tu es ? »

Matthew est en train de pêcher sur son îlot de glace lorsqu'il aperçoit une grosse bouteille qui flotte vers lui. Il la récupère et fait sauter le bouchon. Un objet bizarre tombe de la bouteille. L'objet se met à sonner. Matthew appuie sur le bouton qui clignote : « Allo, dit une voix, est-ce qu'il fait beau là où tu es ? »

Pips enfile sa chemise de nuit et se couche. Piiips ! Pips se précipite dans la chambre des parents. « J'ai soif ! » dit Maman. Pips lui apporte un verre d'eau puis se recouche. "Piiips?" Pips se relève et va voir ce qui se passe. « J'ai perdu mon doudou », pleure Papa.

Pips enfile sa chemise de nuit et se couche. Piiips ! Pips se précipite dans la chambre des parents. « J'ai soif ! » dit Maman. Pips lui apporte un verre d'eau puis se recouche. "Piiips?" Pips se relève et va voir ce qui se passe. « J'ai perdu mon doudou », pleure Papa.

Depuis toujours, ce loup-là mangeait tous les moutons. Tous sauf un. Un petit drôlement malin. Depuis toujours, ce loup-là effrayait tous les enfants. Tous sauf un. Un petit brun qui lui tirait la langue. Depuis toujours ce loup-là abîmait toutes les fleurs. Toutes sauf une qui le narguait chaque matin.Là où l’on apprend que les grands loups fiers et féroces ont besoin d’un plus petit qui ne se soumet pas. Texte de Nadine Brun-Cosme, illustrations d'Anne-Isabelle Le Touzé, éditions Points de suspension

Depuis toujours, ce loup-là mangeait tous les moutons. Tous sauf un. Un petit drôlement malin. Depuis toujours, ce loup-là effrayait tous les enfants. Tous sauf un. Un petit brun qui lui tirait la langue. Depuis toujours ce loup-là abîmait toutes les fleurs. Toutes sauf une qui le narguait chaque matin.Là où l’on apprend que les grands loups fiers et féroces ont besoin d’un plus petit qui ne se soumet pas. Texte de Nadine Brun-Cosme, illustrations d'Anne-Isabelle Le Touzé, éditions Points de suspension

A quoi rêvent les vaches quand les trains ne passent plus sur la voie ferrée ? Une histoire touchante et drôle.

A quoi rêvent les vaches quand les trains ne passent plus sur la voie ferrée ? Une histoire touchante et drôle.

Anne Isabelle Le Touzé est née en 1963 à Paris où elle a passé ses premières années. Elle a ensuite vécu au Zaïre puis à Rennes où elle a fait ses études aux Beaux-Arts. Depuis, elle a beaucoup déménagé entre la France, l’Allemagne et la Belgique publiant dans chacun des trois pays.

Publié dans Animations

Commenter cet article